PromoLeaders, JIF 2021: PAROLE AUX FEMMES. Kiri PopGirl

Kirielle HOUNDJO

Je suis Kirielle HOUNDJO. Je détiens une Licence en management des ressources humaines. Je suis béninoise. J’ai été assistante de direction et secrétaire dans deux structures privées à Cotonou avant de me lancer dans la commercialisation des pop corn sous la marque Cornia.

– Que représente pour vous le 08 mars, Journée Internationale de la Femme ?

La Journée Internationale des Droits des Femmes n’a de sens qu’à condition d’être considérée en moment d’évaluation (pour faire l’état des lieux et mettre en lumière les initiatives porteuses) et de fixation d’objectifs pour l’action.

C’est une journée d’action, de sensibilisation et de mobilisation dédiée à la lutte pour les droits des femmes, l’égalité et la justice. Réfléchir, échanger, se mobiliser pour l’égalité entre les femmes et les hommes ;

faire le point sur ce qui a été fait et ce qui reste à faire sur la question de la place des femmes dans la société.

C’est aussi l’occasion de mettre en avant les initiatives qui placent les femmes au cœur de la création ainsi que leur participation à la vie sociale, politique et économique.

– Quel est l’impact des femmes dans la société ?

– Quelles difficultés rencontrent-elles ?

– Quelles approches de solution préconisez-vous ? (L’amazone a répondu aux trois questions d’un trait.)

La participation des femmes au marché du travail et à des activités rémunératrices stimule la croissance économique et a un impact sur la société dans son ensemble. 

L’accès égalitaire des femmes à la terre et aux autres intrants agricoles augmente la productivité agricole de 20 ou 30 pour cent et diminue le nombre de personnes souffrant de la faim ; les entreprises comptant trois femmes ou plus parmi leurs directeurs ou leurs cadres supérieurs voient leur production de 53 pour cent plus élevée que celle des entreprises qui ne comptent pas de femmes. Néanmoins, en dépit de tous ces éléments de preuve, les femmes restent à la traîne, ce qui ralentit non seulement la croissance économique mais également l’extension des droits des femmes, et donc le développement de leurs pays.

Si je me réfère aux chiffres disponibles, nous pouvons constater qu’environ 1 milliard de femmes ne peuvent pas réaliser leur plein potentiel économique en raison d’entraves telles que l’inégalité de l’accès au crédit et aux opportunités, une éducation insuffisante et un manque de formation, ainsi que le manque de soutien de la part des communautés et des gouvernements pour leur permettre de s’intégrer au monde du travail et à l’économie.

Je tiens à souligner qu’en période de crise économique mondiale comme en ce moment, rien n’est jugé plus pertinent que de discuter et surtout d’agir pour promouvoir les femmes comme de véritables moteurs de la croissance généralisée dans leurs pays.

Propos recueilli et publié par Charly Djouah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *