27.5 C
Cotonou
jeudi, octobre 6, 2022
Nouvelle Afrique MAG
AccueilÉducationCoaching en Afrique : l’influence perverse des ‘’doctes du net’’ sur une...

Coaching en Afrique : l’influence perverse des ‘’doctes du net’’ sur une jeunesse ultra connectée

La formation et le développement du potentiel des jeunes en Afrique constituent le défi des États. Face à l’impuissance des pouvoirs publics de créer des modèles et des curricula accessibles et adaptés à la jeunesse, celle-ci se tourne vers des ‘’experts’’ aux mille qualifications qui proposent des modèles de réussite. Bardés de titre de coach, ces figures ultra connectées sur les réseaux sociaux exercent une influence dévastatrice sur la jeunesse en quête d’épanouissement et de réussite sociale.

Le Coaching est une pratique qui depuis plus de 50 ans a vu le jour aux USA. Assez aimé par les français, elle fait recours à l’utilisation de plusieurs techniques comme l’analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique ou encore l’hypnose.

Le Coaching sur le continent africain est en pleine dérive car tombées aux mains de ces certaines figures douteuses qui offrent des enseignements sur le développement social, personnel, entrepreneurial et bien d’autres domaines de la vie. Dans une Afrique pauvre où persistent des inégalités sociales, l’autosuffisance, l’indépendance financière, l’épanouissement et l’aisance sont l’aspiration de sa jeunesse délaissée par les pouvoirs publics. Dans ce contexte, l’impact des Coachs présents sur les réseaux sociaux sur cette jeunesse est insoutenable. Des personnalités publiques naissent de partout et proposent des solutions miracles pour obtenir la gloire. La pratique du coaching tombe malheureusement dans de viles mains ; des personnes socialement frustrées et mentalement déséquilibrées qui offrent leurs douloureusement expérience de vie comme des modules de formation notamment sur des questions de famille et de couple et de réussite sociale.

Voir plus  Afrique : envolée des prix des caprinés à la veille du sacrifice de l'Aïd-el-Kébir dans plusieurs pays

Des vedettes du net

Femmes pour la plupart, elles font des frustrations de leurs vies des modules de coaching sur le mariage, la réussite sociale et des clés d’épanouissement social. Leur cible : la jeunesse. Des jeunes ultra connectés infectés par des doctrines des influenceurs prétendument appelés Coach. Face à ces dérives morales, la société observe avec un silence suspect le dérèglement, promu par ces coachs improvisés. Morale, économique, développement personnel, la famille, le mariage et la réussite sociale sont les thématiques de prédilection dont elles abreuvent la jeunesse oisive passionnée pour le vice et la gloire facile.Elles sont des vedettes des net. Avec les réseaux sociaux qui démocratisent la parole publique, la définition des valeurs éducatives de la société échappe de plus en plus à l’État et à l’élite intellectuelle au profit de ces ‘’Coachs’’ parfois sans éducation qui ont acquis une audience et une influence sociale sur les réseaux sociaux du fait de propos orduriers ou pornographiques qu’ils tiennent sur ces nouveaux médias.

Voir plus  NOUVELLE PARUTION : Magazine Panafricain de Développement

Quel modèle de société voulons nous construire, sur le plan économique, politique, culturel, social, infrastructurel et surtout sur le plan de la moralité et des valeurs des personnes qui formeront la société qu’on veut construire s’interroge un internaute dépassé par la crise des valeurs.

Ces individus qui parfois ont eux-mêmes une éducation ratée, utilisent cette influence sociale pour faire passer leurs valeurs négatives pour ce qui doit être la norme sociale, détruisant par ce fait, sur le plan moral, un pan entier de la jeunesse qui les écoute

anonyme

Face à la démission collective de la société, les États africains théâtres de cette descente morale aux enfers doivent prendre leurs responsabilités. C’est pourquoi il faut impérativement éviter de laisser l’éducation des jeunes aux mains de personnes dépourvues de valeurs. Elles déstructurent sur le plan des valeurs morales des sociétés africaines.

« Les États doivent reprendre le leadership sur le sujet ; les autorités de régulation doivent imposer des filtres rigoureux aux médias sociaux et de masse ; les intellectuels doivent jouer leur rôle qu’ils ont délaissé à des soi-disant coachs et influenceurs qui n’ont souvent pas l’armature intellectuelle et morale suffisante pour jouer ce rôle social » préconise cet anonyme.

Aristide Fassinou HOUNKPEVI
Aristide Fassinou HOUNKPEVI
Journaliste d'investigation depuis 2007 et Chef d'entreprise de presse au Bénin. Directeur de Publication Nouvelle Afrique Magazine.
RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments