BENIN présidentielle 2021 : L’ONG APDI de Jean Kouton convie les acteurs politiques et les OSC à la prévention des conflits.

L’organisation non gouvernementale ‘’ Action pour le développement inclusif’’ APDI de Jean Kouton œuvre pour des élections apaisées en République du Bénin à travers la prévention des crises post-électorales. Dans le souci de mettre les acteurs politiques et de la société civile à contribution, elle a organisé le vendredi 4 décembre 2020 à l’infosec de Cotonou un atelier sur la prévention des crises post-électorales en Afrique et au Bénin. Cet atelier a connu la participation d’anciens ministres, de responsables de partis politiques, de la CENA et des acteurs de la société civile.

Prévenir les crises issues des élections en Afrique et en particulier au Bénin. C’est l’objectif visé par Jean Kouton et son Organisation non gouvernementale ‘’ Action pour le développement inclusif’’ qui a réunie autour de cette thématique la Commission électorale nationale autonome, la société civile et acteurs politique vendredi 4 décembre. L’atelier qui s’est articulé en deux panels a d’abord permis dans le premier panel intitulé 2021 et la contribution des acteurs politiques pour une élection présidentielle apaisée aux invités d’échanger leurs expériences et leurs visions pour une présidentielle sans heurts.

En effet, Madame Amissetou Affo Djobo, ancienne parlementaire sous le régime de Boni Yayi et Marino de-Souza représentant la Commission électorale nationale autonome (CENA) ont tour à tour passé aux peignes fin les causes des violences post-électorales de 2019 avant de relever la responsabilité des acteurs politiques en ce qui concerne la législation des textes électoraux et le respect desdits textes.

Jean Kouton Président ONG Action pour le développement inclusif APDI.

Pour Amissetou Affo Djobo, la non applicabilité des textes conduisent parfois à des violences si les gouvernants ne prônent pas le dialogue. Elle a, pour sa part, développée que les conditions actuelles n’augurent pas d’une élection présidentielle inclusive et transparente en 2021. A en croire ses propos, l’exclusion est un facteur de violence et pour éviter des crises post-électorales, la prévention serait de créer des conditions qui favorisent la participation de tous les acteurs qui le désirent au scrutin de 2021 en sautant le verrou du parrainage et en départissant la constitution de dispositions ‘’crisogènes’’.

Quant à la CENA représentée sur le panel par Marino de-Souza, les acteurs politiques doivent faire confiance aux institutions et organes impliqués dans l’organisation des élections en républiques du Bénin.  Il a, au cours de cet atelier reprécisé que la CENA ne légifère pas à la place de l’Assemblée nationale. Pour de-Souza la CENA travaille dans une impartialité totale dans le respect des textes de la république et offre les mêmes chances aux partis politiques en lice dans une élection.

Les réserves sur la crédibilité du scrutin de 2021

Pointant de doigt le flou qui ombrage la liste électorale et les blocages érigés dans le code électoral et la constitution, les participants à l’atelier ont sèchement critiqué le rôle qu’a joué la CENA lors des dernières élections législatives. Pour l’ancien ministre Saliou AKADIRI, la liste électorale doit être auditée avant le scrutin de 2021. Il a également exigé que le pouvoir en place fasse du consensus en politique une valeur. Car sans consensus en politique le risque de l’implosion est manifeste. D’autres intervenants ont apporté leurs contributions pour une présidentielle apaisée en 2021.

Sur le second panel intitulé la société civile pour la transparence et la paix, les invités ont tour à tour fait le bilan des actions menées par les OSC depuis les élections de 2014 à MAI 2020. Pour Landry GANYE représentant WANEP Bénin les OSC ont joué un rôle important dans la prévention des violences et la gestion pacifique des crises issues des élections à travers la création de la chambre de situation et l’observation rigoureuse des scrutins. Le message de Me. Aboubacar Baparape a été livrée par son représentant.

La séance a pris fin sur une note de satisfaction générale.

Aristide Fassinou HOUNKPEVI 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *