Lutte contre le chômage en Afrique : Formation et accompagnement en entrepreneuriat de masse moteur d’auto emploi.

Pour le Directeur de Nouvelle Afrique Magazine, l’écosystème des start-up ne suffira pas à répondre aux immenses besoins du continent en matière d’emplois.

Les nombreux accélérateurs, pôles d’innovation et fonds de capital-risque visant à identifier les talents et à nourrir l’écosystème pour le développement de start-up à forte croissance, tout en contribuant à la croissance économique globale, ne sont pas suffisantes pour créer le volume d’emplois requis face à la croissance rapide de la population des jeunes en Afrique et au Bénin en particulier.

Dans des pays comme le Sénégal, où moins de 15 % de la population en âge de travailler occupe un emploi formel et où plus de 80 % du secteur privé est composé d’entreprises individuelles, les start-up, même devenues des licornes, ne parviendront pas à absorber les 100 000 nouveaux diplômés qui entrent chaque année sur le marché du travail local. L’entrepreneuriat de masse peut en revanche y parvenir.

La politique de formation et les programmes de soutien et l’accompagnement à l’entrepreneuriat de masse peuvent conduire à des changements positifs et durables.

En Chine par exemple, des politiques ont été mises en œuvre pour promouvoir l’innovation, l’application des droits de propriété intellectuelle et la levée de fonds, ce qui a permis l’enregistrement officiel de 13 millions de nouvelles entreprises entre 2014 et 2017.

En Inde aussi, les politiques se sont concentrées sur le changement des mentalités et sur l’éducation, mais aussi sur la création d’un environnement fiscal favorable.

L’objectif de ce programme de formation et accompagnement en entrepreneuriat de masse que lancent les promoteurs, est de créer d’ici 2030, 10 mille emplois pour la jeunesse béninoise soit 1.000 emplois par an toutes catégories confondues.

Avec le soutien des partenaires locaux et internationaux, nous pensons que d’ici 2030, le Bénin pourra se compter parmi les pays à faible taux de chômage voire à zéro taux de chômage surtout si chaque instance joue sa partition pour la l’éradication de la pauvreté.

Nous ne comptons pas nous arrêter au Bénin, car nous espérons que cette expérience que nous pensons déjà pouvoir réussir au Bénin, ouvrira des portes pour que chaque pays africain puisse s’ouvrir au monde dans la réussite de la jeunesse à l’entrepreneuriat de masse pour que le chômage soit conjugué au passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *