Quelle presse pour l’Afrique et les principes fondamentaux du journalisme.

L’émergence de la presse multiple qui marque la fin du monolithisme politique en Afrique au début des années 1990 nourrit l’espoir de l’avènement d’un journalisme authentique, c’est-à-dire « ni animé par les intérêts personnels, ni vendu à ceux des autres, ni stratège sournois, ni benêt ni manipulé »

Cependant, depuis lors, la littérature n’a cessé de relever les profondes lacunes de cette presse : manque de professionnalisme, bidonnage, insultes, diffamation, et même incitations à la haine.

Médias, mensonges, information et propagande.

Une réflexion passionnante de Viktor DEJAJ sur les médias d’aujourd’hui, la ‘qualité’ de leur travail et leur remise en cause est nécessaire, car il ne peut y avoir de démocratie sans information de qualité. Oui, les médias nous mentent, et pas toujours de façon désintéressée… « Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés » [Mark Twain]

«  La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » David Bohm, 1977

Pourquoi une presse crédible se doit d’être indépendante

Pour être crédible, pour prétendre « informer » réellement, une presse qui se veut de qualité se doit d’être avant tout indépendante

– des grands groupes financiers

– des industriels même s’ils sont par ailleurs « annonceurs » sur le support

– des lobbies divers (professionnels, institutionnels, économiques ou sociaux, etc.)

– des partis ou hommes/femmes politiques (à moindre de s’afficher clairement « organe de parti » et de ne prétendre relever que de la presse d’opinion et non d’une presse généraliste)

– des pouvoirs institutionnels quels qu’ils soient.

Evidemment, cela fait un peu « tarte à la crème » dans l’oreille de plein de gens. Indépendance, indépendance… Comment continuer à avoir ce mot à la bouche à l’heure où c’est l’économique qui décide de tout, où la presse papier se meurt, où la publicité règne en maître. A l’heure surtout où le pouvoir pratique intentionnellement la confusion entre « information » et « communication »... et où tout cède à la logique du pouvoir et de l’argent.

L’indépendance est la seule garantie possible d’une réelle recherche de cette vérité. Et, qu’il s’agisse de presse papier, de radio, de Web ou de télévision, c’est la crédibilité du journal qui y est engagée.

Quels sont alors les principes clairs au fondement du journalisme et dont les citoyens sont en droit d’attendre le respect, pour vivre en êtres libres et autonomes?

1. S’astreindre au respect de la vérité.
2. Servir en priorité les intérêts du citoyen.
3. Par essence, vérifier ses informations.
4. Conserver son indépendance à l’égard de ceux dont on relate l’action.
5. Exercer sur le pouvoir un contrôle indépendant.
6. Offrir au public une tribune pour exprimer ses critiques et proposer des compromis.
7. Donner intérêt et pertinence à ce qui est réellement important.
8. Fournir une information complète et équilibrée.
9. Obéir aux impératifs de sa propre conscience

Serge ATIDEGLA AMOUSSOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *