Le Ravip: Chronique d’une nouvelle liste électorale par la société française Safran contestée en Afrique!

Le très contesté et tristement célèbre opérateur français Safran à cause de sa mauvaise foi vient de prendre pour le compte de Talon et de ses sbires, la réalisation de Ravip, entendez Recensement initial Administratif à vocation d’identification de la Population. S’il est vrai que la mission assignée à cette opération de recensement reste administrative à tout point de vue, il n’en demeure pas moins qu’une telle mission confiée à Safran dont la moralité un peu plus douteuse suscite tant d’interrogations d’une part et la récente tentative létale de révision de la constitution par le gouvernement de la rupture provoque émoi et méfiance d’autre part; et par ailleurs, les rumeurs de la suppression de la Cena et de la confession d’une liste électorale en catimini sont sans cesse grandissantes.
A l’analyse, il est évident de soupçonner un hold-up électoral sous le couvert de Ravip dont la réalisation est confiée à Safran, une société française spécialisée dans la fabrication des documents électroniques, la biométrie électorale et désavouée partout en Afrique.
Au Kenya, faut-il ici rappeler, Raila odinga, candidat de l’opposition à la dernière élection présidentielle avait accusé récemment l’entreprise française Morpho Safran d’avoir « subverti la volonté du peuple » en fournissant à la commission électorale des services technologiques non conformes à la loi kényane – même si Safran affirme avoir vendu Morpho, la filiale mise en cause deux mois avant les opérations-.
Par ailleurs, en Côte d’Ivoire, Safran a savamment orchestré un Hold-up électoral en faisant élire Ouattara au premier à plus de 83% de suffrages.
Au Mali, Safran avait produit plus de huit (8) millions de cartes d’électeurs alors que selon le recensement électoral effectué dans ce pays, le nombre des électeurs n’atteignait même pas sept (7) millions. Cette supercherie a valu à Sidi Kagnassi, patron de Safran Morpho en Afrique de l’ouest, une nomination à la présidence malienne au poste de conseiller spécial par le President Ibk.
Est-il inutile de rappeler que Morpho Safran avait été condamné en 2012 pour avoir été mêlé à une affaire de corruption au Nigéria sous la présidence de Olusegun Obasanjo où le groupe connu pour ses magouilles avait versé de pots-de-vin pour l’octroi d’un contrat de fabrication de 70 millions de cartes d’identité, reconnu coupable l’opérateur avait versé 500 000 euro d’amendes.
En clair, si le peuple béninois accepte Safran en l’état, il vaut mieux pour lui ne pas aller aux élections. Car, conscient de son impopularité, le President Talon fait appel à sa ruse pour mettre en place un fichier électoral parallèle afin de subvertir la volonté du peuple béninois. Avec Safran, c’est le faux, la manipulation et le tripatouillage. Et c’est ce qu’a compris notre « compétiteur né ».
N’a-t-il pas dit que pour se faire réélire, on n’a pas besoin d’un bilan?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *