ALABAH

Natif de Dassa-Zoumé, Aristide ALABAH passa son enfance à Parakou. Dès son jeune âge, il excellait dans le dessin et l’écriture; ce qui très tôt le fit remarquer auprès de ses maîtres d’écoles. Mais ce n’est qu’au lycée qu’il découvrit son amour pour l’art et ceci grâce à un fait insolite en mars 1988 : la grève.
Il passait, en effet, ses heures creuses auprès de son ami peintre, surnommé PICASSO. Ce dernier l’aida énormément, par ses conseils, à peaufiner son art durant les deux années qui vont suivre. Statuaire pour des églises en passant par la création de décors de plateaux télé et cinéma, il embrassa finalement la carrière de réalisateur. Ce fut le début d’une belle aventure.
Toujours au cœur du monde artistique, il créa une Organisation Non Gouvernementale (ONG) nommée GAIC: Groupe Afrique, Image et Culture, qui promeut un espace culturel. Il regrette, en revanche, l’absence d’infrastructures, d’écoles pour les artistes béninois comme l’école des beaux-arts en Côte d’Ivoire par exemple. De plus, la méconnaissance de la valeur de l’art par les béninois l’attriste profondément.
Néanmoins son leitmotiv c’est de faire de son mieux pour marquer son passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *